Le régime anti-inflammatoire

Vous avez pu voir sur le blog que je m’intéressais depuis quelques temps au régime anti-inflammatoire. Je n’ai pas envie de faire un billet scientifique, j’en serais de toute façon bien incapable. Mais voilà en gros l’idée de ce régime.

Il ne s’agit pas d’un régime « pour maigrir » mais d’un régime pour réduire l’inflammation, voire l’empêcher de revenir. Alors on parle de tout type d’inflammation : lors d’otite, de sinusite, de tendinite, d’aponévrosite, de gastro-entérite, de laryngite, d’une inflammation cutanée (suite à une réaction ou une blessure ou une opération)… Bref, toutes les inflammations. Et on sait que dans le cadre de l’endométriose, les douleurs ressenties sont souvent localisées là où il y a une inflammation des tissus (là où l’endomètre ectopique s’est greffé par exemple).

Le postulat de départ c’est qu’il y a des aliments pro-inflammatoires qui apportent de l’énergie aux inflammations, des aliments anti-inflammatoires qui vont combattre les inflammations et enfin des aliments qui n’ont pas d’impact particulier sur les inflammations. Il s’agit donc d’évincer de son alimentation les aliments pro-inflammatoires surtout en période inflammatoire et de consommer un maximum d’aliments anti-inflammatoires.

Les aliments pro-inflammatoires :

- les viandes rouges et la charcuterie

- la caféine

- les graisses saturés

- les aliments raffinés (comme le sucre, la farine…)

- les fritures

- les sodas

Ces aliments sont donc à proscrire dans le régime anti-inflammatoire. 

Les aliments anti-inflammatoires :

- les acides gras contenant des oméga 3 : huile de colza et de noix

- les poissons gras

- les fruits et les légumes

- les noix

- le thé vert

- le chocolat noir

- le curcuma, le gingembre et le piment de Cayenne, associés au poivre noir finement moulu pour faciliter leur absorption par l’organisme. 

L’inflammation cause une oxydation des tissus, il est donc important de manger des aliments antioxydants (d’où le thé vert, les fruits et les légumes – notamment les choux et navets, qui sont riches en antioxydants). Bien sûr, j’ajouterais que cela ne sert pas à grand chose de manger ces produits en quantité s’ils ne sont pas issus de l’agriculture biologique, l’idée étant de détoxifier notre corps, pas d’ajouter des produits chimiques qui nous apporteront un cancer dans 10 ou 15 ans !

Est-ce difficile à suivre ?

Au début, je me suis dit que je n’y arriverais jamais ! Moi je mangeais beaucoup de viande rouge, je buvais un à deux latte macchiato par jour et n’imaginais pas pouvoir démarrer ma journée sans café. Et je buvais facilement du coca-cola ou de l’Orangina. Il y a deux voies : soit supprimer tout de suite tout ce qui est pro-inflammatoire, soit supprimer petit à petit. J’ai opté pour la seconde méthode parce que je suis facilement frustrée et je savais pertinemment que si je supprimais tout d’un coup, je ne tiendrais pas une semaine. 

Où j’en suis dans ce régime :

- j’ai exclu totalement le café de mon alimentation et n’aimant pas particulièrement le thé vert, je ne bois plus que des tisanes bio, ou du lait d’amandes avec du cacao (100% et non sucré) ou de la poudre de caroube. 

- j’ai réduit drastiquement ma consommation de charcuterie. A peine quelques allumettes de bacon parfois dans mes pâtes.

- j’ai réduit drastiquement ma consommation de viande rouge. Je dirais même de viande tout court. Je préfère me faire du poisson ou manger végétarien. Le seul moment où je mange encore de la viande rouge c’est quand je suis invitée et que la viande rouge est au menu : je n’arrive pas encore à dire « non merci ». 

- je n’achète plus de soda et pour compenser, je fais un mélange d’eau pétillante (de la Badoit ou du Perrier aromatisé au citron) et de jus d’orange 100% pur jus bio (bien sûr), ce qui fait une excellente alternative à l’Orangina : c’est sans sucre, sans conservateur, sans agent chimique néfaste pour la santé. Par contre, quand je suis chez mes parents, je prends encore du Coca-cola.

- j’ai adopté le curcuma associé au poivre noir ! J’en mets quasiment dans tous mes plats pour relever mes poêlées de légumes ou mes marinades, donner du goût à mon tartinable aux noix de cajou, faire mon ketchup maison…

A côté de cela, j’ai supprimé le gluten de mon alimentation, le lait de vache et l’alcool. Il m’arrive de « craquer » sur un bout de fromage ou un yaourt, mais ça reste rare. Le fait est que je me suis aperçue que lorsque je mangeais des pâtes ou du pain, j’avais le ventre ballonnée et je digérais très mal. Quant au lait de vache, le matin après ma tasse du petit déjeuner, il ne fallait pas plus de 30 minutes pour que j’aille en diarrhée et j’avais aussi des gaz et ballonnement après avoir mangé du fromage et des yaourts (que je prenais vraiment à chaque repas avant). L’idéal serait de supprimer tous les types de lait d’origine animale, mais voilà, ça me semble encore très compliqué et comme je supporte bien les fromages de chèvre et de brebis, c’est un plaisir que je me garde de temps en temps, en quantité raisonnable

Ce n’est pas simple tous les jours, mais j’essaie de me fixer des objectifs, d’abord à courts termes puis à longs termes. C’est comme cela que j’ai procédé pour le café (j’ai essayé de m’en passer un jour sur deux, puis toute une semaine, puis de ne plus en boire), même chose avec le chocolat Milka (bien trop sucré et contenant des protéines de lait). La prochaine étape, se sera en juin : un mois sans soda autre que mon mélange Badoit – Orange. 

Les résultats :

Force est de constater que je n’ai fait qu’une seule crise inflammatoire invalidante depuis la remise en continuité, crise qui m’a valu 3 jours d’anti-inflammatoire en intra-musculaire. En dehors de cette mauvaise semaine, je n’ai pris aucun anti-inflammatoire. Pour les douleurs liées à l’endométriose, on peut encore espérer que c’est davantage l’opération de novembre et la prise de Leeloo en continu qui sont à l’origine de la disparition des douleurs, mais je pense que le changement de mes habitudes alimentaires contribuent à mon « bien-être ». Mais pour les douleurs inflammatoires liées au syndrôme d’Ehlers Danlos, à l’exception de la crise algique dont je parlais à l’instant, je n’ai pas eu besoin de prendre d’antidouleurs, je n’ai pas été bloquée par les douleurs non plus depuis que j’ai changé mon alimentation. 

Depuis la suppression du gluten et du lait, mon ventre est plat, je ne suis plus ballonnée, je n’ai plus de gaz

, , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

biendanssapeau |
Centre de Radiologie de Ver... |
Parismassagedomicile |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | BocaYoga Nord Deux-Sèvres
| Songoflove2016
| Dependantaffectif